RSS:
Publications
Comments

Le roman conjugal – Chroniques de la vie familiale à l’époque de la révolution et de l’empire

Présentation de l’éditeur :

A l’époque révolutionnaire, la famille est souvent présentée comme l’unité élémentaire de la Nation et le creuset de la citoyenneté.

La Révolution et l’Empire en ont fait le jouet de lois tour à tour progressistes et réactionnaires, instaurant par exemple le divorce tout en négligeant de supprimer l’autorité maritale. Sous l’empire de ces lois, des couples ont vécu. Dans une société qui connut, en l’espace d’une génération, des bouleversements sans précédent, des femmes et des hommes se sont mariés, ont découvert l’intimité de la vie conjugale, la force des désirs et des sentiments ; ces époux ont partagé un quotidien fait de tranquillité et de banalité mais aussi, en ces temps troublés, d’extraordinaires menaces, craintes et souffrances.

Bien des épouses ont appris, en l’absence des hommes, à endosser de nouvelles responsabilités ; et les époux, à connaître leur femme sous un nouveau jour. Des pères et des mères ont choisi d’éduquer leurs enfants selon Rousseau, tout en cédant à la mode du mérite et de la concurrence. Tous ont dû apprendre le nouveau catéchisme des droits et devoirs conjugaux, mais tous n’en ont pas fait une religion.

Parmi ces couples de l’époque révolutionnaire, deux d’entre eux nous ont laissé une correspondance exceptionnelle. Le premier, lyonnais, est celui d’Antoine Morand de Jouffrey et Magdeleine Guilloud, mariés en 1785. Le second, parisien, est celui de Pierre Vitet et Amélie Arnaud-Tizon, mariés en 1801. A partir des 1 500 lettres que forment leurs échanges épistolaires, Anne Verjus et Denise Davidson retracent les étapes, les aléas et les normes de ces vies conjugales dont on ignorait, pour cette période si peu banale, à peu près tout.