RSS:
Publications
Comments

L’Amérique en guerres

Réunies sous le titre « Histoires américaines » en un unique coffret de 12 DVD (soit près de trente heures de programme), les trois séries documentaires revenant sur les trois moments clés de l’histoire américaine que sont la conquête du territoire au détriment des « Américains d’origine », la guerre civile et ses 600 000 morts, et la Seconde guerre mondiale, offrent un panorama pénétrant de l’histoire d’un pays à la fois proche et méconnu.

A la croisée de l’histoire et de la mémoire, plaçant au centre du dispositif la parole du témoin, mais toujours contextualisée et mise en perspective par des interventions d’historiens et une narration efficace, ces films permettent de saisir les particularités d’une mémoire américaine fort éclairante pour comprendre l’actualité d’un pays parfois déconcertant pour le regard extérieur.

Terres indiennes

Le premier volet de la trilogie, Terres indiennes, retrace du XVIIe siècle à nos jours, l’histoire des relations entres les indiens d’Amérique du Nord et les immigrants venus d’Europe conquérir leurs terres.

D’abord cordiales (épisode fondateur du Mayflower, évoqué dans le premier épisode), les relations entre les deux communautés deviennent vîtes conflictuelles. Divisés et désorganisés (malgré les tentatives d’unification de Tecumesh dont le parcours est retracé dans le deuxième épisode) les amérindiens sont vite débordés par des conquérants qui s’approprient leurs terres quitte à déporter massivement les populations autochtones (thème du troisième épisode, La piste des larmes, qui relate l’expulsion de 18 000 Cherokees vers l’Oklahoma).

La résistance indienne n’est cependant pas toujours inefficace comme en témoigne la figure de Geronimo qui, à la fin du XIXe siècle, parvient à tenir tête aux Blancs (quatrième épisode). Elle devient cependant de plus en plus désespérée, à l’image de la prise d’otage et du siège de Wounded Knee, en 1973 (cinquième épisode).

The civil war

Chef d’œuvre de la trilogie, The Civil War nous plonge au cœur de la guerre de Sécession qui divisa le pays à partir de 1861. Des causes du conflit (question esclavagiste, préservation de l’unité de l’Union) jusqu’à la victoire du Nord et l’assassinat du président Lincoln, les neuf épisodes offrent un récit à la fois détaillé, nuancé et richement documenté.

Ils permettent de toucher du doigt la réalité d’un conflit qui, au-delà des grands récits de bataille, affecta directement trois millions d’hommes mobilisés dans l’une des premières guerres modernes, et marque de son empreinte l’identité américaine jusqu’à nos jours.

The war

Dernier jalon de cette histoire d’une Amérique en guerre, The war propose le récit de la Seconde guerre mondiale vue d’Amérique, au travers des témoignages croisés de vétérans.

En quatorze épisodes, de l’Amérique en crise des années 1930 à l’Amérique triomphante de 1945, de l’Atlantique au Pacifique, toutes les facettes du conflit sont abordées et illustrées à partir d’archives pour certaines méconnues. Pour le spectateur européen, l’un des intérêts du film est d’insister non seulement sur les différents fronts du conflit, mais aussi sur l’arrière, d’une importance capitale et pourtant souvent négligé dans les documentaires sur le sujet.

Le choix de faire parler les témoins issus de quatre villes impliquées à divers titres dans le conflit (Sacramento en Californie, Mobile en Alabama, Luverne dans le Minnesota et Waterbury dans le Connecticut) montre tout à la fois l’impact uniformément majeur mais à chaque fois singulier de la guerre sur le pays.

Bien sûr, l’historien émettra quelques réserves quant au choix d’accorder une place centrale au témoignage dont on sait les limites. Il n’en demeure pas moins que ces trois séries, qu’on gagne à regarder d’affilée, constituent une immersion unique dans la mémoire américaine, et une incitation à se (re)plonger dans la lecture des travaux historiques sur la période.