RSS:
Publications
Comments

Une histoire des formes politiques en Occident

Si le rôle de l’historien est de rendre intelligible le passé pour mieux préparer l’avenir, nul doute que le dernier livre du philosophe Pierre Manent est à classer au rang des grands livres d’histoire.

Dans Les Métamorphoses de la cité, il entreprend en effet l’ambitieux projet d’écrire une histoire générale de ce qu’il nomme les « formes politiques » occidentales, c’est-à-dire les « modalités de l’association humaine dont aucune science n’a fait son objet spécifique mais dont la succession ordonne le mouvement de l’histoire européenne ».

Cette histoire se résume selon lui à la succession, mais aussi à la concurrence, de quatre grandes formes politiques que sont la cité, définie comme « matrice d’une forme de vie nouvelle, la vie politique, la vie dans laquelle les hommes se gouvernent eux-mêmes et savent qu’ils se gouvernent eux-mêmes » ; l’empire incarné par Rome ; l’Eglise qui entre progressivement en rivalité avec l’empire ; et la nation qui permet finalement de dépasser cette rivalité.

















Dans l’émergence de cette dernière forme politique, Manent insiste sur le rôle fondamental de Luther : « C’est avec la Réforme et ses suites en effet que les nations européennes prennent leur forme, ou que la nation européenne prend sa forme spécifique. Chaque nation fut obligée de faire un choix radical entre les confessions chrétiennes, et ce choix contribua décisivement à la définir pour la suite des temps. ».

L’analyse historique débouche sur une méditation sur l’avenir quand l’auteur, diagnostiquant la crise de la nation, insiste sur la situation périlleuse d’une Europe qui doit désormais faire face à un danger inédit : non plus la rivalité entre plusieurs formes politiques concurrentes, mais l’absence de formes politiques alternatives à même de remplacer les anciennes qui s’avèrent pourtant de moins en moins efficientes. « L’Europe se trouve militairement, politiquement et spirituellement désarmée dans un monde qu’elle a armé des instruments de la civilisation moderne. Elle sera bientôt incapable de se défendre. »

Signalons également la parution simultanée, toujours aux éditions Flammarion, d’un livre d’entretiens de Pierre Manent avec Bénedicte Delorme-Montini, intitulé Le Regard politique. Tout l’itinéraire intellectuel de l’auteur y est retracé, permettant une meilleure compréhension du maître livre qui en marque à ce jour le dernier jalon.