RSS:
Publications
Comments

Les mouvement catholiques de jeunesse – De la colonisation à la coopération 1920-1991

De la mission de conversion en Afrique noire à l’engagement dans la coopération, en passant par la rupture qu’a constituée la guerre d’Algérie, ce livre décrit l’histoire de mouvements catholiques de jeunesse confrontés à l’émergence du tiers-monde de 1920 à 1991. Il s’inscrit dans une réflexion plus vaste sur l’histoire de la colonisation et du catholicisme. Elle permet de mieux comprendre le changement de regard des mouvements catholiques dans leur diversité.

Comment ont-ils pu suivre le premier commandement de Jésus-Christ, par ailleurs figure centrale de leur spiritualité, face à la domination coloniale, dont la forme était coercitive et dont le discours faisait de l’Autre un être inférieur ? Comment sont-ils passés, sans grande transition, d’une vision très coloniale à une volonté de promouvoir une certaine fraternité avec les anciens colonisés ? Il s’agit de casser l’image simpliste, l’alliance du sabre et du goupillon dans les colonies, et de rendre compte de la complexité des attitudes et des discours. Découverte du monde et de l’Autre, recomposition de la spiritualité et de la place des catholiques dans la société, toutes ces dynamiques sont au cœur de cette histoire.

Le contexte général, d’une part (évolution de la société et de la vie politique en France, relations internationales) et, d’autre part, celui de l’Église catholique, en particulier le rôle des papes, sont constamment analysés lorsqu’ils ont un rapport direct avec le sujet. L’étude s’ouvre aux réactions des jeunes Africains face à la décolonisation puis, après les indépendances, à leur investissement dans la construction nationale et le développement économique et social. En quoi la transmission du pouvoir à ces élites africaines par les jeunes catholiques français a-t-elle abouti à la situation actuelle ?

Enfin, ce passage rapide vers un engagement pour la promotion du développement a masqué l’histoire de la période précédente, l’a rejetée sans qu’il y ait eu un temps de retour sur soi. Le livre traite en priorité de cette évolution, entre 1956 et 1967, pour mieux comprendre ainsi l’oubli dans lequel semble être tombée l’histoire de la colonisation.