RSS:
Publications
Comments

Histoire de la Mésopotamie

Mésopotamie, Ur, Babylone, le Déluge, Gilgame…

Ces mots sont familiers, mais que savons-nous véritablement des débuts de l’Histoire ? L’architecture de terre crue ou l’écriture cunéiforme, incisée dans de l’argile tels de petits clous, paraissent n’avoir guère de rapport avec notre civilisation. Or notre culture est l’héritière de manières mésopotamiennes de faire : le découpage du temps (mois, semaine, jour), les symboles religieux (le croissant de lune, l’arbre de vie), l’étymologie de certains mots (« safran », « gypse »), jusqu’au fait de « s’orienter » (les premières cartes étaient établies vers l’Orient).

L’histoire de la Mésopotamie, le berceau de la civilisation urbaine et des premiers États, est, plus encore que celle de l’Égypte des pharaons, indissociable de ceux qui permirent sa redécouverte voilà à peine deux siècles – dont Jules Oppert qui déchiffra l’akkadien et François Thureau- Dangin le sumérien. Aujourd’hui discipline à part entière, l’assyriologie dispose de documents – des inscriptions officielles, des textes scolaires, des documents comptables d’exploitations, des actes de propriété, des lettres de simples particuliers – grâce auxquels nous est livré accès à des menues données qui font défaut pour les civilisations grecque, romaine, voire égyptienne.

Une synthèse sur les commencements de l’Histoire : il était une fois un peuple sémite, les Akkadiens, et une civilisation encore plus ancienne, sumérienne, dont l’origine restait inconnue…