RSS:
Publications
Comments

Le pouvoir de voler

Deux excellentes parutions autour des débuts de l’aventure aérienne:

L’Aérostation au temps des Lumières de Marie Thébaud-Sorger

En 1785, les premiers ballons s’envolent dans le ciel d’Annonay, puis de Paris.

L’invention des frères Montgolfier stupéfait l’Europe entière. Ces machines d’étoffe remplies d’air chaud ou d’hydrogène soulèvent un immense enthousiasme. Le vol humain devient une réalité accomplissant l’idéal prométhéen de maîtrise de l’homme sur la matière.

Au -delà de l’histoire bien connue de l’invention, l’ambition de cet ouvrage est de considérer les premières expériences aérostatiques comme un objet à part entière de l’histoire culturelle des Lumières, en cherchant à qualifier les réceptions différenciées de l’innovation et les pratiques sociales qu’elle engendre, au plus près de l’évènement.

Echappant un temps aux inventeurs, à l’Académie des sciences et au gouvernement, l’aérostation devient en France une invention partagée par de nombreux amateurs qui construisent un espace public de la technique dont l’expression culmine lors des envols.

L’analyse de l’organisation financière et matérielle des entreprises de vol menées dans différentes villes de province en 1784, révèle le modèle utopique d’une économie symbolique mettant en scène les consensus des élites éclairées et du peuple autour du ballon, devenu emblème du progrès.

L’expérience qui démontre en place publique les effets des fluides aériens, alors à la pointe d’une chimie en  » révolution « , se transforme en une véritable fête des Lumières. Mais en interpellant les sens autant que la raison, la radicalité bouleversante de l’envol en fragilise également l’euphorie. Par cette étude, c’est à la fois une cartographie des savoirs et des pratiques, une lecture des milieux urbains et des publics de la France des années 1780 qui s’esquisse.

-Le catalogue de l’exposition Le pouvoir de voler :

L’exposition retrace l’histoire de l’aérostation, depuis les premiers envols de montgolfières et de ballons en 1783, jusqu’à la naissance du dirigeable dans les années 1880.

Cette révolution dans la relation de l’homme à la gravité est le fruit des progrès des sciences ainsi que des recherches empiriques d’artisans talentueux. Elle a donné lieu à un engouement populaire digne de celui de nos contemporains lors du premier pas sur la Lune, il y a 40 ans. A travers plus de 250 pièces, le visiteur découvre l’enthousiasme et la peur mêlés qui accueillent les premiers vols des frères Montgolfier (en ballon à air chaud), comme ceux de Charles et Robert (en ballon à hydrogène). La « folie des ballons » saisit tant les amateurs de sciences que les concepteurs d’objets décoratifs : nombreux sont les inventeurs de nouvelles machines volantes et chacun veut son assiette du ballon.

Le phénomène s’étend bientôt à toute l’Europe. Au-delà du spectaculaire, des divertissements de fêtes foraines ou des célébrations publiques, les ballons sont mis au service de l’armée, de la science et de la photographie. Peintures, estampes, maquettes, objets d’art et correspondances, ces dernières sonorisées pour rendre palpable cette fièvre inventive, rendent compte du merveilleux de ces découvertes.