RSS:
Publications
Comments

Le communisme est-il chrétien ?

Le point de départ de l’auteur est une hypothèse assez inédite, sinon provocante : le communisme en tant que dernière hérésie du christianisme.

chenaux

Philippe Chenaux met en évidence les continuités et les ruptures des deux doctrines. Se basant sur une documentation largement inédite, il retrace l’histoire des relations, pour le moins tourmentées et conflictuelles, entre l’Eglise catholique et le communisme en Europe depuis la révolution d’Octobre, et la naissance du premier État athée de l’histoire, jusqu’à la chute du Mur de Berlin qui marque l’effondrement du système communiste.

Si l’aspect proprement diplomatique des relations entre le Vatican et l’Union soviétique fait l’objet de longs développements, d’autres, moins connus, sont également abordés : l’aspect politique de la collaboration entre catholiques et communistes à l’intérieur de chaque pays ; l’aspect intellectuel des rapports entre la pensée chrétienne et le marxisme ; l’aspect oecuménique des relations du catholicisme avec l’orthodoxie russe.

Le découpage chronologique correspond aux trois grandes périodes de l’histoire politique et religieuse de l’Europe au XXe siècle :  » la guerre civile européenne  » (1917-1945) – l’Eglise se voit confrontée à l’impossible dilemme de devoir choisir entre le Charybde communiste et le Scylla nazi ; la guerre froide (1945-1958) – l’Église de Pie XII se trouve, malgré elle, identifiée à l’Occident dans sa lutte contre le totalitarisme soviétique ; le dégel et la détente (1958-1989) – l’Église conciliaire choisit la voie du dialogue avec l’Est pour finalement contribuer à l’effondrement du système.