RSS:
Publications
Comments

Histoire de la France contemporaine – Tome 5, Gagner la paix 1914-1929

Présentation de l’éditeur :

Le 11 novembre 1918, au terme d’un conflit d’une ampleur inédite, Georges Clemenceau prévient : « Nous avons gagné la guerre, mais maintenant il va falloir gagner la paix, et ce sera peut-être plus difficile ». Dès les premiers jours de la guerre, l’espoir de bâtir une nouvelle ère de paix a, en effet, agi comme l’un des principaux ressorts de l’acceptation de la lutte. Mais sa prolongation durant cinquante-deux longs mois et l’immensité des sacrifices qu’elle a imposés aux Français font désormais de la paix une aspiration viscérale venue des profondeurs du corps social et à laquelle la « paix des vainqueurs » de 1919 n’a pu répondre que de manière imparfaite.

L’obsession d’écarter à tout jamais le péril d’une nouvelle guerre explique alors l’énorme popularité qui entoure, dans la seconde moitié des années 1920, la politique d’Aristide Briand en faveur du rapprochement franco-allemand et de la réconciliation européenne, préfiguration d’une paix solide et durable. La décennie qui suit la Grande Guerre mérite ainsi d’être davantage considérée pour elle-même, en s’affranchissant de la tentation de tout regard rétrospectif qui n’envisagerait la période qu’à la lumière de l’évolution tragique des années 1930.

Loin d’être une sorte d' »entre-deux », les années 1920 possèdent leur propre cohérence et leur propre virtualité, qu’illustre une floraison d’idées et d’expériences inédites dans tous les domaines de la pensée et de l’action. Une France nouvelle est bel et bien en train de s’inventer, même si ce n’est pas toujours sans angoisse.