RSS:
Publications
Comments

Le déluge 1916-1931 – Un nouvel ordre mondial

Présentation de l’éditeur :

Dans ce nouvel opus, Adam Tooze décrit et analyse les changements essentiels survenus pendant et après la Première Guerre mondiale – le plus important, qui constitue le thème principal du livre, étant l’accession des Etats-Unis à une position de suprématie économique, politique et morale sans précédent. Première économie mondiale, l’Amérique devient à partir de 1916 le « banquier » de la guerre, animée, selon l’auteur, par le dessein très clair d’exercer son hégémonie financière sur les pays de l’Entente devenus dépendants de ses prêts.
Avec la disparition de ses empires naguère dominants au profit du grand empire américain et de sa prééminence économique et militaire, l’Europe se trouve ravalée au rang de « province » ; en 1918, le Président Wilson est en mesure de jouer le rôle d’arbitre du nouvel ordre mondial auquel il aspirait en imposant la paix au monde entier, avec son projet fétiche et idéaliste de Société des Nations. Pourtant, quand vient le moment d’endosser concrètement sa position de leader mondial, l’Amérique recule : le Congrès américain ne ratifie pas le traité de paix ; Washington n’intègre pas la Société des Nations.

Selon l’auteur, les Etats-Unis n’ont pas encore atteint la maturité démocratique nécessaire pour assumer leurs responsabilités. Il faudra attendre une génération, sous les présidences de Roosevelt et Truman, pour que ce soit le cas. Une fois le traité de Versailles signé par l’Allemagne, une seconde guerre était-elle inévitable ? L’insistance des Alliés pour obtenir des réparations (et celle des Etats-Unis pour obtenir le remboursement des dettes de guerre) contribua-t-elle à l’échec de la République de Weimar ? Deux questions essentielles auxquelles l’auteur répond par la négative.

A la fin des années 20, les Européens étaient en chemin vers un retour à la normalité, et des hommes d’Etat tels G. Stresemann en Allemagne et A. Briand en France travaillaient patiemment à une consolidation des liens qui déboucherait sur la CEE dans les années 50. Mais alors qu’en 1928, Hitler et Trotski désespéraient de voir un jour la chute de l’ordre capitaliste, l’année suivante, la faillite de Wall Street déclenchera une nouvelle série d’événements qui entraîneront la sortie de la Grande-Bretagne de l’étalon-or en 1931 et plongeront l’Allemagne dans le chaos économique et politique.

Ceci étant, Adam Tooze récuse la vision, défendue par certains historiens modernes, de l’entre-deux-guerres comme d’une période où l’Europe renoua avec ses démons passés et rejeta le libéralisme démocratique au profit de l’autocratie et du fascisme. Pour lui, les principales nations d’Europe et d’Asie luttèrent alors pour s’adapter à la modernité et à la géopolitique moderne, s’acheminant tant bien que mal vers la création d’une structure qui garantirait la sécurité internationale – sans parvenir, au final, à couper sur le plan financier, le cordon avec Washington.

De manière générale, l’auteur n’hésite d’ailleurs pas à s’inscrire en faux par rapport aux récits conventionnels de la période (il montre aussi que ce n’est pas le traité de Versailles mais celui de Washington, en 1922, qui scella le nouvel ordre mondial régi par la suprématie des Etats-Unis).