RSS:
Publications
Comments

Contre la légende noire de Robespierre

Cécile Obligi, historienne et conservatrice à la BNF, s’attaque au cliché tenace d’un Robespierre despote et « bourreau de la Vendée ».

Présentation de l’éditeur :

« Je suis fait pour combattre le crime, non pour le gouverner », s’exclamait Maximilien Robespierre à la barre de la Convention, la veille de sa chute, le 8 thermidor an II : la formule est caractéristique de sa passion et de son emphase. Elle fait partie de l’abondant florilège qui alimente aussi bien les critiques contre le tribun intolérant que les louanges envers l’homme politique intègre.

Tellement intègre d’ailleurs, qu’il finit par agacer le Danton imaginé par Georg Büchner, qui lui lance : « Robespierre, tu es d’une probité révoltante ». Instigateur des horreurs perpétrées sous la Terreur, homme d’État rigide, implacable et déshumanisé pour les uns ; héros et héraut des droits de l’homme, dirigeant incorruptible, bouc émissaire pour les autres (moins nombreux cependant) : admirateurs ou contempteurs, rares sont les indifférents lorsque l’on évoque la figure de Robespierre.

La Révolution française a transformé des inconnus en figures de premier plan. Robespierre est l’un de ces anonymes brusquement devenus célèbres. Comment un banal avocat d’Arras, promis à une traditionnelle carrière locale, s’est-il trouvé propulsé en quelques mois à l’avant-scène de l’actualité ? Comment a-t-il pu concentrer sur sa personne une bonne partie du ressentiment contre ce que l’on a appelé la Terreur ?

Pour répondre à ces questions, Cécile Obligi a choisi de donner la parole au principal intéressé : Robespierre lui-même. Elle nous fait ainsi découvrir ou redécouvrir un orateur de grande classe et un penseur politique important, que la légende noire a fait trop longtemps oublier.