RSS:
Publications
Comments

La dernière bataille – Quand GI’s et soldats de la Wehrmacht s’allient pour libérer des personnalités françaises

Présentation de l’éditeur :

Mai 1945, Hitler est mort et le Troisième Reich vit ses dernières heures sur des décombres fumants. A quelques jours de la fin de la guerre, aucun GI ne veut être le dernier homme mort au combat contre les nazis. Mais c’est sans compter le capitaine Jack Lee. Uniforme kaki froissé et cigare aux dents, lui et une poignée de ses hommes ont une dernière mission : sauver quatorze prisonniers français détenus par des forcenés SS dans une forteresse du Tyrol.

Là, au château d’Itter, dans les Alpes Autrichiennes, reconfiguré par Albert Speer en prison de luxe pour détenus V.I.P., des politiques et des militaires de haut rang français sont prisonniers d’un groupe de SS déterminés à lutter jusqu’au bout. Parmi ces prisonniers que les nazis comptent utiliser comme otages ou monnaie d’échange, les anciens présidents du Conseil ennemis Paul Reynaud et Edouard Daladier, l’ancien Président de la République Albert Lebrun, la soeur aînée de Charles de Gaulle, Marie-Agnès Cailleau, ou encore le Ministre aux sports de Vichy et fameux tennisman Jean Borotra.

Mais aussi le Général Gamelin, chef d’état-major des armées au début de la guerre, son successeur le général Maxime Weygand, et Léon Jouhaux, le secrétaire général de la CGT dissoute par le régime de Vichy. Stephen Harding narre avec beaucoup d’esprit la cohabitation difficile, mais rendue nécessaire par les circonstances, de ces otages de marque aux convictions politiques divergentes. Leur salut viendra étonnamment d’un jeune américain, le Capitaine Jack Lee et d’un major de la Wehrmacht.

Fondés sur d’importantes recherches historiques, des mémoires et les témoignages de quatre survivants de l’époque, La Dernière Bataille est le récit inédit de cet ultime baroud de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi la plus étonnante et improbable alliance entre Américains, Allemands et Français.