RSS:
Publications
Comments

Triomphe et mort de la révolution des droits de l’homme et du citoyen

Présentation de l’éditeur :

« L’oubli et le mépris des droits naturels de l’homme sont les seules causes des malheurs du monde ».

C’est par ces mots que le Préambule de la Déclaration « montagnarde » des droits de l’homme et du citoyen réaffirmait en 1793 les principes qui avaient triomphé en 1789, subordonnant la politique à l’éthique universaliste. Moins de deux ans plus tard, la Constitution de l’an III (1795) rompait avec le droit naturel et sanctionnait la conception opposée des droits (et devoirs) de « l’homme en société », d’inspiration bourgeoise et positiviste.

Comment était-on passé de la ré-publique populaire à la ré-privée des possédants ?Comment l’histoire de la Révolution en était-elle venue à contredire sa philosophie ?