RSS:
Publications
Comments

1914-2014 : Un siècle de Guerre

«La guerre est une chose trop grave pour la confier aux militaires. » On comprend en général, en creux, de cette phrase attribuée à Georges Clemenceau, que c’est aux hommes politiques de diriger la guerre plutôt qu’à ceux dont le métier est de se battre sur le champ de bataille. Si on réfléchit à cette phrase à l’aune du siècle passé, depuis 1914, on peut même dire que la guerre est une chose tellement grave qu’elle en est devenue surtout, au fil des ans, l’affaire des civils.

Dans son livre Théorie du partisan (1963), Carl Schmitt expliquait que les Etats avaient perdu le monopole de la conduite des guerres au profit du partisan, le combattant irrégulier. Carl Schmitt avait raison, la leçon de ce siècle de guerre (1914- 2014), c’est l’affrontement du combattant irrégulier avec le soldat conventionnel qui se termine presque toujours par la victoire du premier, parfois sur le terrain militaire, mais le plus souvent sur celui de la politique. Extraordinaire paradoxe.

Le mot qui résume parfaitement cet éternel combat de David contre Goliath, c’est l’asymétrie : pick-up Toyota contre chasseur Rafale, voitures piégées contre drones armés, Kalachnikov contre tanks. Les militaires, qui savent compter, parlent maintenant de « guerre de quatrième génération » pour qualifier ces conflits où ils affrontent des opposants armés d’une idéologie ou d’une religion.