RSS:
Publications
Comments

Vertiges de la guerre – Byron, les philhellènes et le mirage grec

Présentation de l’éditeur :

Au printemps 1821, lorsqu’éclate la révolte des Grecs contre le joug ottoman, l’événement génère un vaste et puissant mouvement de solidarité à travers tout l’Occident. Tandis que des comités philhellènes apportent à distance leur soutien moral et matériel aux insurgés, des engagés volontaires, venus des quatre coins du continent et même d’outre-Atlantique, s’ébranlent vers l’Orient, désireux d’égaler les Anciens et de régénérer la Grèce, mais se rêvant aussi en nouveaux croisés venus libérer un pays chrétien de quatre siècles de domination musulmane.

Se côtoient dans leurs rangs de jeunes romantiques, animés d’une irrépressible envie de connaître enfin l’épreuve du feu, ainsi que nombre d’anciens soldats des conflits napoléoniens, incapables de se réintégrer à la vie civile. Soucieuse de restituer au plus près leur expérience, combinant une étude de l’imaginaire philhellène, une histoire culturelle du nomadisme guerrier et une anthropologie historique du combat, notre enquête vise d’abord à analyser la dynamique d’un fantasme collectif et l’économie psychologique d’un désenchantement.

Car, une fois sur place, l’accueil hostile des Grecs, leurs curieuses manières de combattre et l’extrême violence déployée sur le théâtre guerrier transformèrent l’enthousiasme du départ en une profonde amertume. Or, l’étonnant est que leur nombre très limité, 1 200 hommes environ et leur expérience largement malheureuse furent finalement éclipsés par le mythe puissant qui entoura la venue de Lord Byron en Grèce et sa mort à Missolonghi, lesquelles donnèrent à ce corps de combattants une place toute particulière dans la mythologie de l’engagé volontaire et dans le processus de sacralisation de la guerre que connut l’Occident au cours des XIXe et XXe siècle.