RSS:
Publications
Comments

La guerre germano-soviétique

Présentation de l’éditeur :

Le 22 juin 1941, l’Allemagne nazie lance contre l’URSS la plus grande armada jamais réunie jusqu’alors. Cette « guerre d’extermination » du « judéo-bolchevisme » et pour la conquête de « l’espace vital » tournera à la catastrophe. Repoussée jusqu’à Leningrad, Moscou et Stalingrad, l’Armée rouge se redresse, brise l’envahisseur, et déferle bientôt sur l’empire nazi, jusqu’aux rues défoncées de Varsovie, Budapest et Berlin.
Ayant confronté deux féroces tyrannies à une époque où le pouvoir de destruction était proportionnel aux masses, la guerre germano-soviétique est bien le conflit de tous les superlatifs. Les affrontements se sont déployés sur un immense théâtre d’opérations, de l’Arctique à la mer Noire, de l’Europe centrale et orientale à la Russie d’Europe. Ils ont également tenu du huis clos, de Leningrad assiégé pendant 900 jours (septembre 1941-janvier 1944) aux ruines de Stalingrad (juillet 1942-février 1943), du cimetière de chars de Prokhorovka, près de Koursk (juillet-août 1942), aux flammes de Budapest et de Berlin.

Batailles colossales, exterminations, déportations ou exodes de peuples entiers, décimation des prisonniers, ce cataclysme a tué plus de trente millions de personnes – la moitié du bilan mortuaire de la Seconde Guerre mondiale -, généré d’inextinguibles souffrances, pulvérisé des records de barbarie, léguant aux peuples belligérants une mémoire tourmentée. S’appuyant sur une vaste documentation russe, allemande et anglo-saxonne, le présent livre embrasse tous les aspects de cet affrontement, réfutant au passage nombre de légendes et d’idées reçues.

Analysant les calculs de Hitler et de Staline, retraçant les opérations et les doctrines militaires, l’auteur fait aussi une large part aux péripéties diplomatiques, aux violences à l’oeuvre de chaque côté du front, ainsi qu’aux facteurs économiques, sociaux et culturels ayant maintenu la cohésion des troupes et de l’arrière.