RSS:
Publications
Comments

Écrire l’histoire ancienne à l’École française de Rome (1873-1940)

Présentation de l’éditeur :

Des générations d’antiquisants se sont succédé à l’École française de Rome. Leurs écrits et leurs parcours intellectuels constituent la matière de cette étude. À quelles lectures convient-il de soumettre les travaux « romains »? Quelle Antiquité mettent-ils en scène ? Selon quelle pratique des sources ?

Les ouvrages de la Bibliothèque de l’École reflètent tout à la fois les années de formation, l’influence des maîtres, le « moment » italien, la rencontre du terrain. La halte romaine modifie, dans une certaine mesure, les projets des membres de l’École française, invités à s’extraire du Palais Farnèse : les expéditions italiennes de ces hommes et les initiations archéologiques au Maghreb prennent alors tout leur sens. Depuis la fondation de l’établissement au début des années 1870, jusqu’en 1940, date à laquelle l’École ferme ses portes pour la première fois de son histoire, les « Romains » ont participé à l’édification en France de la « science de l’Antiquité ».

Leur production révèle des tendances historiographiques, des inflexions, des omissions, et des éléments fédérateurs. Si les « Romains » avancent plutôt en ordre dispersé, ils ont en commun une conception du métier d’historien prônant la rigueur des méthodes, la maîtrise des sciences auxiliaires et l’effacement de l’auteur derrière sa propre érudition.