RSS:
Publications
Comments

Une nouvelle Histoire de la France contemporaine en 10 volumes aux éditions du Seuil

Les éditions du Seuil publient en octobre les trois premiers volumes d’une nouvelle Histoire de la France contemporaine placée sous la direction de Johann Chapoutot. Les sept titres suivants paraîtront d’ici à 2015. La collection est ainsi appelée à relayer la célèbre Nouvelle histoire de la France contemporaine disponible en Point Seuil.

Sur le même principe, une nouvelle Histoire de la France moderne est également en préparation.

Présentation par l’éditeur des volumes annoncés pour octobre 2012 :

L’Empire des Français, 1799-1815 d’Aurélien Lignereux:

Pour se distinguer d’une bibliographie pléthorique sur le Premier Empire, cet ouvrage peut faire valoir trois ambitions majeures : rassembler, renouveler, anticiper.

Rassembler : il manquait une grande synthèse suggestive qui ne se laissât pas prendre aux rets de la biographie anecdotique, de l’histoire événementielle ou du roman national, et saisisse le régime à la fois comme une république et une monarchie, en le replaçant dans le contexte postrévolutionnaire.

Renouveler : Aurélien Lignereux saisit les flux qui innervent ses diverses parties d ans une perspective délibérément européenne, suivant les récentes recherches d’historiens anglo-saxons et italiens, sans cesser d’interroger le lien entre Napoléon et les 40 millions de Français embarqués dans l’aventure impériale.

Anticiper : il s’agit aussi de poser les fondements d’une histoire nouvelle qui prenne au sérieux l’idée impériale comme expérience, certes inachevée mais décisive dans les représentations collectives, de transmutation de la nation française en Empire, avec toutes les contradictions qu’implique la rencontre entre expansionnisme et universalisme.

Monarchies postrévolutionnaires, 1814-1848 de Bertrand Goujon :

Prise entre la légende dorée napoléonienne et le mythe républicain, attaquée de toutes parts pour des raisons politiques et idéologiques et privée des courants qui auraient pu s’en revendiquer et la défendre, la monarchie censitaire a longtemps fait l’objet d’un refoulement collectif et a été traitée comme une simple parenthèse réactionnaire, une hérésie au regard du sens de l’histoire, a fortiori de l’histoire de France.

C’est faire naïvement crédit aux bruyantes proclamations de retour en arrière ; c’est se montrer plus royaliste que le roi de ne pas voir combien, par sa redéfinition de la légitimité du pouvoir, par son renouvellement du personnel politique, par le pragmatisme inédit d’un pouvoir soucieux de se concilier ses administrés, par l’acclimatation du parlementarisme et de certaines libertés civiles et politiques, par sa recomposition tendue des hiérarchies sociales, par son effervescence intellectuelle et artistique, la Restauration, puis la monarchie de Juillet, sont synonymes de rénovation, et donnent alors au pays une place à part dans le concert des nations.

La France et les Français s’engagent dans une douloureuse réinvention de leur passé et s’adonnent à des projets d’avenir qui bouleversent les rapports de force et recomposent les lignes de clivage d’une société en pleine transformation.

-Le Crépuscule des révolutions, 1848-1871 signé Quentin Deluermoz.

Alors que la France vient de connaître quatre régimes différents en un demi-siècle, la révolution de 1848 semble rouvrir le temps des remous et des hésitations. Et pourtant, de l’éphémère Deuxième République au Second Empire et jusqu’à la Commune de Paris, c’est bien l’expérience démocratique qui fait ses armes. Balbutiante, encore fragile, la démocratie parlementaire s’impose ainsi définitivement à l’issue de la guerre franco-prussienne de 1871 ? clôturant près d’un siècle de bouleversements politiques.

Rien d’évident, pourtant, dans cette victoire a posteriori. Derrière les événements politiques, cet ouvrage retrace les avancées et les reculs, les intuitions fulgurantes de l’avenir comme les ultimes lueurs du passé, et brosse l’ample tableau d’une France résolument engagée dans son siècle : du suffrage universel aux libertés publiques, des grands travaux urbains à l’essor du monde ouvrier, de l’expansion coloniale au soutien apporté au printemps des peuples, s’impose une « modernité » aux multiples visages, parfois contradictoires.

Bien plus, retraçant l’histoire nationale à l’aune des événements européens, Quentin Deluermoz met au jour un « esprit du siècle » propre à la France. Encore indicible, presque imperceptible, quelque chose de neuf, qui transformera durablement le pays, est en train de prendre, tandis que l’ombre de la Révolution française jette ses derniers feux.


Leave a Reply

You can use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>