RSS:
Publications
Comments

Rome, la ville sans origine – L’Enéide : un grand récit du métissage ?

Présentation de l’éditeur :

Ce livre invite à déconstruire l’idée contemporaine d’identité nationale à partir de l’Antiquité romaine.
Pourquoi revenir à l’Antiquité ?

L’Antiquité sert à conforter les penseurs contemporains qui s’y projettent, ayant le sentiment confortable que leurs idées ont toujours été là. L’anthropologie historique vise à bousculer ce confort intellectuel grâce au fameux « regard éloigné ». Pourquoi Rome et non Athènes? Athènes était une cité refermée sur elle-même. L’Athénien était citoyen de père et de mère, en fils ; le peuple d’Athènes n’accordait que rarement la citoyenneté à des étrangers.

Rome appliquait une politique contraire. Dès les premiers temps, elle donnait largement la citoyenneté aux ennemis vaincus et aux affranchis qui, intégrés, lui ont fourni des armées innombrables et une élite sans cesse renouvelée. A partir de là, il était tentant d’aller voir quelle conception de la citoyenneté et de l’identité romaine avaient permis cette société ouverte (multiculturelle ou métissée ?) qui était celle de « nos ancêtres les Romains ».
Or non seulement la citoyenneté romaine était un statut juridique sans contenu racial, ethnique ou culturel mais encore elle reposait sur l’origo, notion juridique complexe qui impliquait que tout citoyen romain d’une façon ou d’une autre venait d’ailleurs.

Tous des étrangers : ce qu’illustre l’Enéide, poème de l’origo qui célèbre Énée, le « père » des Romains et figure de l’altérité : le héros venu d’ailleurs et qui n’a pas fondé Rome.